Nous pouvons encore une fois arrêter les conservateurs.

La population ontarienne est favorable au salaire minimum de 15 $ l’heure. Un récent sondage révèle que 60 % des Ontariens sont favorables au salaire minimum de 15 $ l’heure. Présentement, 1,5 million de travailleuses et travailleurs pourraient profiter de la hausse prévue à 15 $ l’heure. La réalité est que l’économie n’a pas faibli et que les petites entreprises ne se sont pas écroulées. La hausse du salaire minimum et la réforme du travail constituent des points positifs. En tant que travailleuses et travailleurs, nous savons que cette hausse est juste et qu’elle doit être défendue.

Doug Ford dit être le seul candidat qui fera économiser de l’argent à la population et maintiendra un faible taux d’imposition. Toutefois, son objectif de geler le salaire minimum pourrait coûter quelque 800 $ par année aux travailleuses et travailleurs touchant le salaire minimum.

Les droits des femmes sont des droits de la personne. Doug Ford a pris des engagements rétrogrades pour gagner la course à la direction du parti, et les travailleuses et travailleurs devraient y prêter une attention particulière. Il a promis d’abroger la législation de zone de protection, laquelle protège actuellement les femmes profitant de services d’avortement contre le harcèlement et la violence. La demande de Doug Ford d’abroger le programme d’éducation sexuelle va à l’encontre de la recherche et du bon sens. L’éducation sexuelle fondée sur le consentement est essentielle pour prévenir la violence sexuelle et sexospécifique.

Les services publics devraient être protégés. La plateforme du Parti progressiste canadien de l’Ontario pourrait déjà engendrer la perte de 40 000 emplois dans la fonction publique et Doug Ford n’a même pas encore diffusé son plan révisé. Alors que les secteurs des services hospitaliers et des soins de longue durée connaissent une crise, et que les coûts des services de garde d’enfants et de l’éducation postsecondaire explosent en Ontario, les services publics doivent être protégés et des investissements doivent être réalisés.  Le programme de compressions de Doug Ford et ses « économies » à peine voilées entraîneront la détérioration des services publics et des conditions de travail.  

Le changement climatique est bien réel et une transition équitable doit commencer aujourd’hui. Le programme actuel de plafonnement et d’échange de droits d’émission de carbone de l’Ontario a généré des recettes de 2,4 milliards de dollars. La population ontarienne a besoin d’un gouvernement qui continuera de s’occuper du changement climatique afin que les industries de la province soient des chefs de file des technologies vertes et empêchent la prolifération des émissions de carbone.

Doug Ford a promis d’éliminer le programme de plafonnement et d’échange de droits d’émission de l’Ontario et n’offre aucune prospective pour les travailleuses et travailleurs qui désirent mettre en place une économie verte.

Les valeurs de Doug Ford ne sont pas des valeurs de l’Ontario. Nous ne devons plus permettre aux hommes occupant des postes de pouvoir de manquer de respect envers les femmes et les femmes dans les médias. Il a déjà traité une journaliste du Toronto Star de « petite garce » et dit à une journaliste du Globe and Mail de cesser de faire la « fainéante ». Il y a encore beaucoup de travail à faire pour bâtir une société plus équitable pour tous, mais le fait de donner à Doug Ford et à ses acolytes les clés pour diriger Queen’s Park ferait régresser l’ensemble de l’Ontario et du Canada. Nous ne pouvons tout simplement pas rester les bras croisés.

Be the first to comment

Pour activer le compte, cliquer sur le lien qui vous sera fourni par courriel.